Argentine Chili

Le Tand'aimer le Monde

Une lune de miel en tandem autour du monde...

Samedi 11 octobre 2014 : Des montagnes comme on en avait jamais vus! KM 15900

« La Cordillère des Andes », ça vous dit quelque chose ?

C’est depuis un petit village ensablé perché à 3600 mètres d’altitude que nous vous racontons les deux semaines incroyables qui viennent de s’écouler. Incroyable pour nos jambes d’abord, avec le passage de nos deux premiers cols à 3042 m et 4170 m d’altitude.

 

Le premier, « El infernillo » de son petit nom, nous a ouvert les portes de paysages encore inconnus à nos yeux, comme les champs de cactus géants, les lamas aux oreilles décorés, des montagnes plus arides les unes que les autres, la Quedabras de las Conchas ou encore le village viticole de « Cafayate » (prononcez cafachaté) qui nous à fait serpenter dans des gorges colorées et nous as donné la chance de voir les fameux condors des Andes. De quoi en oublier la lutte constante contre celui que nous considérons officiellement comme notre pire ennemi : LE VENT!

 

 

Quand au deuxième col, el Abra de Potrerillos, lui nous en a fait baver. Après une nuit passée dans le charmant village de Purnamarca avec sa montagne aux 7 couleurs, son marché de tissus colorés en passant par ses empanadas de Lama (sorte de gros ravioli au four MMmmmmmhhhhh), nous nous sommes attaqué aux 2000m de dénivelés positif, à avaler en seulement 40 km. Toute une journée à grimper et même si le soleil nous brulait a midi, nous nous sommes fait accueillir au sommet après 8 heures d’effort par un orage et de la neige. Euuuh on va dormir comment ce soir ? Et là, au loin, dans la pluie et le vent, nous avons aperçu la petite lumière de la maison de Marco, un jeune qui tient une boutique de souvenirs. Oh miracle! Il nous laissera dormir sur le sol de sa boutique, avec son grand sourire, heureux de partager un repas avec nous et Manuel, un warmshower cyclo qui nous accompagne sur ces 3 jours. Le mal de l’attitude et l’intensité de la journée se font quand même bien sentir, malgré une infusion à la coca avant de mettre nos jambes au repos, on aura bien du mal à dormir, manque d’oxygène et mal de tête au programme.

 

Au petit matin, le décor est somptueux et ne vas cesser de l’être sur la route avec l’apparition de la Salinas Grandes, un grand désert de sel, et une image époustouflante.

La route serpentera ensuite entre gorges et canyons pour nous faire arriver aujourd’hui à Susques qui s’annonce comme « les porte de la Cordillère des Andes », et c’est surtout le dernier village avant San pedro de Atacama au Chili où nous nous dirigeons. Plusieurs cols nous attendent bien sûr dans les prochains jours.

 

Nous sommes un peu tristes de quitter l’Argentine, dont on ne savait rien avant d’y arriver et qui nous en as mis pleins la vue pendant 1 mois. Malgré le rythme de vie très décalé des argentins, (repas du soir à 23H, tout commerces fermés entre 13h et 18h) et qui ne nous convenait pas du tout, nous avons vraiment apprécié la culture folklorique et les paysages époustouflants de ce pays qui mérite le détour.

 

 

Argentina, nous voilà.... J435, KMS 15049

 

Nous foulons les terres argentines depuis bientôt deux semaines déjà et quelques kilomètres se sont déroulés sous nos pédales. Nous avons commencé par digérer le décalage horaire en arrivant à Buenos Aires et en jouant à Retour vers le Futur (On est fans de Marty Mc Fly). Partis le 4 septembre de Sydney à 6h30 du matin, arrivés à Buenos Aires le 4 septembre à 17h après 25 heures de voyage, pas mal non ?

 

Après la visite de la grande capitale pendant quelques jours, (dont vous ne verrez aucunes photos puisqu’on a « perdu » notre petit appareil…), nous avons sauté dans un bus pour vivre le voyage en autobus le pus confortable de notre vie : siège canapés, plateau repas, tout confort, direction Cordoba. On a enfin commencé à pédaler en direction du Nord et de ces petits villages qui bordent les routes de l’Argentine. On a parfois du mal à croire que c’est le même pays tant il y a de disparités entre les grosses villes qui ressemblent aux nôtres et ces petits villages où il n’y a pas de goudrons dans les rues.

 

Nous avons aussi l’amusante impression de rouler dans un musée de l’automobile française : Renault 12, 2cv, Peugeot 504, toutes dans un état plutôt sommaires mais roulantes, c’est le principale.

La chose un peu pénible pour nous cyclo en Argentine sont les chiens errants par dizaine qui nous courent après et ne nous lâchent pas si facilement, en plus de n’avoir rien d’autres à faire la nuit que d’aboyer à côté de la tente. GGGggggrr!

A cette heure-ci, nous avons surtout testé les grandes et interminables lignes droites de la pampa argentina! Et après un mois de vent dans le dos en Australie, il prend sa revanche ici et nous as déjà souffler dans les bronches à 49km/h dans la face pendant deux jours, de quoi presque reculer!^^

Nous sommes depuis 2 jours à San Miguel de Tucuman et attaquerons notre premier col demain tout en se dirigeant vers le désert de l’Atacama…

Fanny en a profité aujourd’hui pour aller visiter un centre d’accueil de la petite enfance et tentera de vous raconter tout ça bientôt, même si internet se fait plus rare par ici. En attendant, on vous laisse aller faire un tour en Argentine avec nos photos en cliquant ici.