Mongolie

Le Tand'aimer le Monde

Une lune de miel en tandem autour du monde...

Un moment dans une structure petite enfance en Mongolie

 

Date : 6 octobre 2013 Lieu : Sainchand, Mongolie Type de structure : Publique ? Heure de la visite : 10h30

Durant ma traversée de ce grand pays fait de steppes et de traditions mongoles, j’ai eu l’occasion de visiter une structure dans une campagne appelée Sainchand.

Avant cette visite, j’avais essuyé un échec devant une structure du village de Mandalgovi. Au milieu de l’alphabet cyrillique, j’aperçois écrit « Kindergarten » et me lance à demander si je peux entrer. Malheureusement, la barrière de la langue me met dans les bâtons dans les roues et personne ne parle anglais dans la structure. Avec Vincent, nous passons près d’une heure à interpeller tous les passants aux alentours pour demander s’ils parlent anglais, cherchant un interprète potentiel. On ne sait même plus à qui on a déjà demandé et cela fait beaucoup rire les personnes qui assistent au spectacle. Passée une heure, nous abandonnons. A priori, j’aurai pu entrer et visiter par moi-même. Mais mon idée n’est pas d’entrer et de prendre des photos de la même façon qu’on entre dans un zoo pour ramener clichés, sans comprendre le fonctionnement. Tant pis, j’aurai peut être plus de chance une autre fois !

 

Quelques 500 kms de vélo plus tard, je me trouve dans la ville de Sainchand, une grosse bâtisse ressemble fortement à une structure petite enfance : couleurs vives, jeux d’enfants à l’extérieur : je me lance. Quand j’arrive, je tombe à priori sur la réunion des professionnelles, après moult gestes et quelques mots d’anglais, une d’elle me demande quel âge ont mes enfants ! Aie, je recommence ! Elles comprennent finalement ma présence et la visite commence. La personne qui m’accompagne parle très peu anglais mais j’arrive à ressortir quelques informations.

Horaires d’ouvertures : 8-21h

Professionnels et formation : La professionnelle qui me fait visiter les nomment « teacher », il y en a 6 dans la structure. Il y a aussi une directrice, qui menait la réunion plus tôt.

Ratio adultes/enfants : Dans les groupes que j’ai visités :

2-3 ans : 2 pour 34 enfants/ 3-4 ans 1 pour 35 enfants et sensiblement les mêmes ratio pour les groupes 4-5 et 5-6 ans.

Ages des enfants : de 2 ans à 6 ans, avant 2 ans ils restent avec leurs parents, après c’est direction l’école à 7 ans.

Activités pendants l’année : A ce que j’ai pu voir, musique, gymnastique ou psychomotricité. Pour le reste, difficile à comprendre.

Objectifs des professionnels : Oh que j’aurai aimé comprendre le mongol rien que pour savoir de quoi les professionnelles débâtaient lorsque je suis entrée.

Agencement, aménagement de l’espace : Il y a des similitudes avec les structures européennes. (Voir les photos et se faire son propre avis). Chaque groupe que je visite, les enfants sont assis sur une chaise, en groupe, c’est très calme d’ailleurs. Peut être attendent-ils pour une activité prochaine ?

Organisation de la journée : ??

Repas et spécificités : Je n’ai vu que les salles repas qui sont des salles annexes à celle de la vie du groupe. Mobiliers de taille adaptée et colorés.

Lorsque j’attends devant la porte, j’observe par la fenêtre la professionnelle donner une cuillère à chacun de quelque chose, les enfants assis sur leurs chaises attendant leur tour en ouvrant la bouche tour à tour. Qu’est ce que ça peut bien être ? des vitamines ? du sirop ? J’ai demandé mais la question est restée sans réponse, pas facile sans l’anglais.

Sommeil et spécificités : Il y a l’air d’avoir une sieste en début d’après midi. Les enfants installent des draps par terre, la professionnelle m’explique que les mongols peuvent dormir partout, que dans les yourtes les enfants dorment comme ça aussi.

Anecdotes des visites :

Lorsque je visite, il est 10h30, je tombe sur le temps musique (ou danse ?). Sur le groupe des 5-6 ans, filles comme garçons portent des costumes rouges et blancs. La musique commence et presque tous les enfants connaissent leur place, les gestes qui s’enchaînent sur la musique. (cf. vidéo).

L’éducatrice qui me fait visiter a à cœur de me montrer une belle image de sa structure, elle encourage les enfants à bien danser, elle leur dit « shhht » quand on passe à côté d’un groupe et incite les enfants à faire des sourires ou des gestes lorsque je prends des photos.

 

 

L’école en Mongolie.

L’école obligatoire est à l’âge de 7 ans. A plusieurs reprises invités dans des yourtes, nous apprenons que les enfants des campagnes se rendent à l’école parfois à plus de 100 kms de leur maison. De septembre à Juin, et dès l’âge de 7 ans, les enfants apprennent à vivre en internat, rentrant deux semaines à Noël. L’accès à l’école semble être une valeur importante pour les mongols. Lors de notre visite à Sainchand, nous étions étonnés de voir beaucoup d’enfants seuls dans la rue et paraissant si jeunes, nous savons pourquoi maintenant. Les enfants paraissent alors user d’une autonomie assez flagrante : certains vont se chercher un snack à l’épicerie en face, d’autres nous abordent timidement mais en tentant de poser quelques questions sur ce qu’il y a dans cette grande boite blanche… Avec notre regard d’occidentale, en premier lieu, nous sommes étonnés de croiser tant d’enfants tous seuls en pleine rue !

Anecdotes du voyage

Mongolie, Oulan Bator,

« My name is ? »

Notre arrivée dans la capitale ne passe pas inaperçue et nous recevons déjà pleins de gestes d’encouragements de la part des mongols. Alors que nous cherchons notre chemin et que l’heure approche de 19h30, nous rencontrons trios écoliers mongols d’environ 6 ou 7 ans, seuls, qui engagent la conversation avec nous. L’un deux nous dit « My name is Suoni ». Je me dis « Waouh, mais ils parlent anglais si tôt en Mongolie ! » Nous nous présentons aussi et les deux autres enfants enchainent aussi « My name is… ». Ils commencent tous les 3 à faire le tour du vélo, de la remorque et bientôt les questions fusent mais en fait, ressemblent toutes à « My name is ?? » en montrant du doigt chaque endroit du vélo ! Avec le sourire aux lèvres et avec des gestes, nous expliqueront tant bien que mal quelques petites choses sur ce qu’ils montrent du doigt en répétant sans cesse « My name is ?? »

 

« Mais où sont les sièges auto ? » Bientôt une semaine que je me promène dans les rues d’Oulan Bator forcée de constater que le siège auto ne fait pas fureur dans cette capitale de la Mongolie. Effectivement, j’ai pu observer de nombreuses fois que les très jeunes enfants sont assis sur les genoux d’un adulte sur le siège passager ! Menant ma petite enquête et jetant des regards de temps en temps dans les voitures, je n’ai pas encore vu un seul siège auto ! Aussi, j’ai cru pouvoir observer que son amie la poussette n’est pas non plus d’usage très fréquent. Les enfants sont assez souvent dans les bras des parents ou dans des systèmes de porte-bébés.

 

 

En images

Par chance, la personne qui me fait visiter me dit que j'arrive au moment de "l'atelier musique" du groupe des 5-6 ans.

Je ne sais pas si c'est un atelier de musique habituel en Mongolie, mais en tout cas, c'est étonnant à voir!