Laos

Le Tand'aimer le Monde

Une lune de miel en tandem autour du monde...

Janvier 2014 Notre passage au Laos et particulièrement dans les villages reculés des montagnes, nous a encore fait découvrir un monde de l’enfance très différent de celui que l’on peut connaître. Je n’ai pas visité de structure d’accueil à proprement dite simplement parce que l’accueil collectif offerte par municipalité ou association existe très peu, excepté dans la capitale qu’est Ventiane. Le reste des paysages est de type rural, avec très peu de moyen.

Ce que j’ai pu observer ces trois semaines nous a largement donné de quoi nous poser des questions sur le monde de l’enfance dans ce pays.

Nous avons vu tant d’enfants nous courir après, nous lancer des « Helloooo ! » jouant au bord de la route. Il y a ce fait surprenant que les enfants sont souvent sans adultes, se réunissant en groupe, et quelques fois ce sont les plus grands qui prennent en charge les plus petits, jusqu’à porter les bébés, petit frère ou petit sœur en écharpe.

Il y a aussi cette image pour nous inquiétante des enfants tenant des machettes dès la préhension acquise, parfois plus grandes même que leurs bras. Ces futurs adultes prennent une place dans leur communauté en imitant leurs parents tandis que notre regard à nous se confronte au danger, à la coupure, aux objets saillants qui se veulent hors de portée des enfants. Quand les enfants sont auprès des parents, c’est souvent dans une écharpe que mère ET père les place et les tiennent près de leurs corps, même lorsqu’il marche déjà.

Dans ce pays qui reste un des plus pauvres du monde, nous n’avons pas senti la pauvreté dans l’alimentation des enfants ou dans leur quotidien. Nous réalisons simplement aujourd’hui que la vie semble y être faite de simplicité, où le monde de l’enfance existe bien mais tout à fait différent.

J'ai tant de choses à vous raconter sur ce pays si riche dans les observations des enfants et des familles, voici quelques anecdotes!

 

Littérature au Laos !

Arrivés à Luang Prabang, une des plus grandes villes du pays, je visite une librairie très spéciale au Laos et j’y apprends une nouvelle surprenante !! Il n’y a seulement que quelques années que les Lao, enfants comme adultes, lisent des livres. Publier un livre au Laos semble demander des autorisations très spéciales et jusqu’en 2006, même les enseignants ne se servaient pas de ce support pour transmettre aux écoliers.

L’association Big brother Mouse travaille depuis quelques années sur la publication, l’édition de livre ou encore la recherche d’écrivains. Un de ses objectifs est de permettre à tous les enfants d’avoir au moins un livre à eux à la maison, ce qui est rare au Laos. Nous avons décidés de nous joindre à leur cause en achetant quelques livres et en les transmettant aux enfants ou aux professeurs lors de notre passage dans les villages reculés.

Vous pouvez trouver toutes les informations à propos de l’initiative de Big Brother sur bigbrothermouse.com.

 

Jouets d’ici… !

Au Loas, les jeux pour enfants tels que nous les connaissons en France ou en Europe ne font pas tellement partis du paysage. Plus particulièrement dans les villages que l’on traverse ces derniers temps, nous voyons de plus en plus de « jeux faits-maisons ». Ici, des morceaux de câbles électriques servent d’anneaux de « hula hoop » ! Et en voilà un qui est plutôt habile et heureux de le montrer sous l’œil de mon objectif, chouette !

 

 

 

 

 

Jeux de miroir de bon matin :

La veille de ce matin là, nous avons été accueillis dans un petit village d’une dizaine de maisons, où une fête battait son plein. Quelques jours avant, le vélo était tombé et nous avions cassé le rétroviseur. Posé sur le siège du vélo pour la nuit, il se retrouve ce matin, 6 heures tapantes, dans les mains d’une petite fille qui est assise autour du feu. Je me joins à elle et l’observe longtemps jouer avec, se regarder, regarder derrière, ouvrir la bouche, se toucher le nez, et surtout se raconter des histoires... Peut-être n’a-t-elle pas souvent l’occasion de se voir dans un miroir. Ce matin là, elle le considérait comme un trésor et j’ai du rusé pour le récupérer !

 

 

 

Des couches jetables pas si jetables !

Depuis notre entrée au Laos, les observations autour de la petite enfance ne cessent de m’étonner. Ici, dans un petit village, c’est jour de la lessive des habits et….. des couches !! Ceci est probablement dû au manque de moyens financiers de certaines familles pour en acheter, mais ici, ce sont bien des couches jetables qui ne sont pas jetées après la première utilisation.