Amérique du Sud

Le Tand'aimer le Monde

Une lune de miel en tandem autour du monde...

Visite de jardin d'enfants en ARGENTINE

J’ai la chance de visiter un jardin d’enfants en plein centre d’une des grandes villes d’Argentine. L’accueil y est très chaleureux et les éducatrices ici se disputent presque pours savoir qui commence par son local en premier.

Je découvre que le temps d’accueil est seulement de 4 heures par jours et que 4 éducatrices différentes se partagent le même local toute l’année. Ce sont des sessions de matin ou après-midi seulement appelés pré-école et c’est obligatoire à partir de 5 ans. A 6 ans, c’est l’entrée à l’école.

Une éducatrice a plus de 30 enfants par session, seule ou parfois accompagnée d’étudiantes. La formation d’éducatrice de jeunes enfants se déroule en 4 ans, 3 ans de théorie à l’école puis une année sur le terrain auprès des enfants.

Les éducatrices disent avoir de la chance de travailler dans des conditions où elles possèdent de conditions de travail favorables, même si elles s’étonnent joyeusement quand le leur raconte le ratio français professionnel/enfant de 1 pour 12 pour les plus de 5 ans. Elles affirment qu’en argentine, certaines écoles ont seulement les murs mais peu de moyens.

 

 

 

 

 

 

 

 

Travail et participation des enfants au travail.

C’est la première fois que nous voyons de nos yeux le travail des enfants et le phénomène que cela représente ici en Bolivie. En entrant dans un restaurant un jour dans la ville d’Uyuni, un jeune d’environ 12 ans prend notre commande, nous sert, nous encaisse. Nous sommes un peu surpris mais en y regardant de plus près, c’est dans tous les restaurants sensiblement le même procédé : les parents ayant plusieurs emplois pour gagner plus, laissent les enfants gérer le commerce familial pour pouvoir aller faire des heures dans d’autres entreprises. Quand à l’école, cela semble un peu aléatoire pour ces jeunes .

 

 

Mimétisme et autonomie des enfants :

Comme beaucoup de pays déjà traversés, en Bolivie les enfants ne commencent l’école qu’à l’âge de 6 ans. Les moyens de garde collectifs sont très peu répandues et on préfère faire garder par les grands parents, ou plus généralement, les enfants passent leur temps directement avec leur parent, sur le lieu de travail. Les jeunes enfants sont ainsi baignés dans la valse des mouvements journaliers de leurs parents, et miment déjà leurs faits et gestes. Une certaine autonomie en découle.

 

 

 

PEROU: Langue Quechua (à ne pas confondre avec la marque de sport)!

La langue Quechua est la langue traditionnelle inca encore utilisée dans plusieurs régions du Pérou par 4 millions de personnes, elle a le statut de langue officielle au même titre que l’espagnol. Les enfants parlent ainsi deux langues dès leur plus jeune âge mais parfois, l’espagnol est un peu mis à l’écart alors que c’est la langue qui est utilisée à l’école. Le gouvernement péruvien attire alors l’attention des parents en mettant en place une campagne pour favoriser aussi l’espagnol et ne pas mettre en difficulté les enfants scolarisés.

 

Pendant ce petit moment lecture, ce sera mon petit espagnol qui fera l'affaire: OUF !

 

 

 

 

 

 

Pérou: gagner un peu d'argent avec les touristes

En arrivant au Pérou, nous avons observer un phénomène encore méconnu et inexistant en Bolivie. Dans les rues des villes touristiques, des femmes habillées de leur costume traditionnel très colorés et de très jeunes enfants dans leurs bras, tout aussi costumés paradent en demandant à chuque touristes; "Photo photo?" Moyennant rénumération bien sûr. Je suis assez surprise et en même temps sceptique sur cette pratique. D'abord, je suis presque persuadée que c'est une question de déguisement plus que d'habillement. Aujourd'hui au Pérou, les costumes sont souvent portés en période de fête ou pour des évènements particuliers et non pas au quotidien. D'autre part, le côté un peu exotique de la situation me dérange. Le touriste repart enchanté d'avoir une si belle photo certes, mais ce n'est ni la réalité du pays, ni un échange intéressant avec la personne. Cela dit, cela raporte surement un peu à ces familles.